4946

Partenaires - La Planète Revisitée en Corse

Le projet La Planète Revisitée en Corse est mené par le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), la Collectivité de Corse (CdC) et l’Office français de la biodiversité (OFB), en collaboration avec l’Università di Corsica et le CNRS (Laboratoire Sciences Pour l’Environnement, Laboratoire Stella Mare, Laboratoire Lieux, Identités, eSpaces et Activités), l’Office de l’Environnement de la Corse (OEC), le Conservatoire botanique national de Corse (CBNC), le Parc naturel u Capicorsu et de l’Agriate, l’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (Ifremer), l’Office national des Forêts (ONF), le Conservatoire du littoral, le Parc Naturel Régional de Corse (PNRC) et l’Académie de Corse, avec l’appui de la Communauté de Communes de l’Alta Rocca, l’Institution de gestion sociale des armées La Marana (IGESA), le Centre d’Études Sous-Marine de San Fiurenzu (CESM), le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Bastia (CPIE, U Marinu), le Shom, service hydrographique national, l’infrastructure RECOLNAT, la mairie d’Ota et la base aérienne 126 de Vintisari-Sulinzara.

LE PROGRAMME LA PLANETE REVISITEE

 LPR

Naturalistes et systématiciens parcourent le monde depuis près de 250 ans, à la découverte de sa faune et de sa flore. Grâce aux patients efforts de ces générations de scientifiques, environ 1,8 million d’espèces ont été décrites à ce jour. Mais l’ampleur de la tâche à accomplir demeure  énorme : selon les estimations, il reste encore sur notre planète entre 8 et 30 millions d'espèces inconnues. Or le temps presse, car la sixième grande extinction a commencé. C'est dans ce contexte que le programme « La Planète Revisitée » a vu le jour en 2009.

 

 

 

UN PROJET MENE PAR

Muséum

Le Muséum national d'Histoire naturelle, à la fois établissement de recherche, d’enseignement et musée, est un carrefour de savoirs comprenant des collections, des laboratoires et divers sites ouverts au public. Sa vocation ? Mieux connaître et préserver la nature.

Plus d'informations sur mnhn.fr        Facebook Museumnationaldhistoirenaturelle           Twitter@le_museum

Collectivité de Corse (CdC)

La Collectivité de Corse est née au 1er janvier 2018 de la fusion de la Collectivité Territoriale de Corse (CTC) et des deux Conseils  départementaux de Corse‐du‐Sud (2A) et de Haute‐Corse (2B). Elle reprend, dans son organisation et son fonctionnement, l’architecture des pouvoirs commune à l’ensemble des institutions démocratiques, nationales ou locales avec un organe exécutif, le Conseil Exécutif de Corse, un organe délibérant, l’Assemblée de Corse, des organes consultatifs, le CESEC, la Chambre des Territoires et l’Assemblea di a Ghjuventu.

Plus d'informations sur isula.corsica      Facebook @cullettivita.di.corsica         Twitter @IsulaCorsica

 

Office français de la biodiversité (OFB)

L'Office français de la biodiversité (OFB) est un établissement public dédié à la protection et la restauration de la biodiversité en métropole et dans les Outre-mer, sous la tutelle des ministères de la Transition écologique et de l'Agriculture et de l'alimentation.Le développement de la connaissance et de l’expertise sur l’ensemble des composantes de la nature constitue l’une des missions principales de l’Office français de la biodiversité. Mieux comprendre les espèces, les milieux, les services rendus par la biodiversité et les menaces qu’elle subit est primordial pour protéger le vivant. 

Plus d'informations sur ofb.gouv.fr         Facebook OFBiodiversite         Twitter @OFBiodiversite

 

 

 

EN PARTENARIAT AVEC

 Università di Corsica

L'Università di Corsica Pasquale Paoli est une structure de formation et de recherche résolument ancrée dans son territoire, en prise directe avec les grandes problématiques locales, nationales et internationales. Son identité scientifique s’articule autour de projets structurants pluridisciplinaires labellisés par le CNRS. Chacun de ces projets allie recherche fondamentale et recherche appliquée dans une perspective de développement territorial et débouche sur des réalisations concrètes à haute valeur ajoutée.

Dans le cadre de l’expédition du Muséum national d’Histoire naturelle  « La Planète Revisitée en Corse », le Laboratoire STELLA MARE (UMS 3514 Université de Corse/CNRS) accueille l' équipe de l'expédition qui bénéficiera de façon privilégiée des infrastructures, des moyens à la mer ainsi que des savoir-faire de ses personnels  et ce afin de  lui permettre  de mener au mieux cette opération. 

Les activités de l’Unité 3514 STELLA MARE (Sustainable TEchnologies for LittoraL Aquaculture and MArine REsearch) portent sur l’ingénierie écologique en domaine littoral et marin. Elles s’inscrivent dans la dynamique du développement des projets de l’Università di Corsica visant à transformer la recherche en richesse. Cette Unité labélisée par le CNRS en juin 2011, est rattachée à l’INstitut Ecologie et Environnement (l’INEE). 

L’UMS STELLA MARE a pour objectif la maîtrise et la gestion intégrée des ressources halieutiques et littorales de Corse pour permettre un transfert des innovations technologiques vers les professionnels de la mer. Le projet scientifique de la plateforme est axé sur la recherche, le transfert de technologie vers les professionnels et la sensibilisation notamment vers les jeunes générations. 

Le Museum national d’Histoire naturelle et l’Università di Corsica signeront une convention cadre le 07 juin 2019 inscrivant leur partenariat autour de l’action La Planète Revisitée en Corse. Les modalités de la coopération concerneront les domaines de la recherche, de la formation des étudiants et de la diffusion de la culture scientifique technique et industrielle.

Plus d'informations sur universita.corsica    Facebook univcorse      Twitter @UnivCorse

 

Office de l’Environnement de la Corse (OEC)

L'Office de l'Environnement de la Corse a été créé par l'article 57 de la Loi du 13 mai 1991 portant statut particulier de la Collectivité Territoriale de Corse, sous forme d’Établissement Public spécifique dans le but d'impulser et de coordonner la politique régionale en la matière. La nature très large de son domaine d’intervention a été entérinée par l’adoption, par l'Assemblée de Corse le 25 novembre 1992, des statuts d’un Office de l'Environnement de la Corse qui ne prévoient aucune déclinaison précise des secteurs d'intervention, pour tenir compte de la multiplicité des champs d'actions relevant de l’environnement.

Plus d'informations sur oec.corsica

 

CBNC

Le Conservatoire Botanique de Corse, service de l’Office de l'Environnement de la Corse est devenu le onzième Conservatoire Botanique National concrétisant l’importance de la flore en Corse et l’investissement mené dans ce domaine par l’Office de l’Environnement. Il participe activement aux actions de la Fédération des Conservatoires Botaniques Nationaux. Une dizaine de scientifiques dont les spécialités sont diverses (forêt, plantes invasives, plantes du littoral de la montagne, orchidées, fougères...) y travaillent à plein temps. Ses missions sont les suivantes : la connaissance, de la flore sauvage et des habitats naturels et semi-naturels ; l'identification et la conservation des éléments rares et menacés de la flore sauvage et des habitats naturels et semi-naturels ; la fourniture à l'Etat, à ses établissements publics, aux collectivités territoriales et à leurs groupements, dans leurs domaines respectifs de compétences, d'un concours technique et scientifique pouvant prendre la forme de missions d'expertise en matière de flore sauvage et d'habitats naturels et semi-naturels ; l'information et l'éducation du public à la connaissance et à la préservation de la diversité végétale.

Plus d'informations sur cbnc.oec.fr

Parc naturel du cap Corse et de l’Agriate

Depuis 2016, le Parc naturel marin du Cap Corse et de l'Agriate / Parcu naturale marinu di u Capicorsu è di l'Agriate, géré conjointement par l’Agence française pour la biodiversité et l’Office de l’environnement de la Corse, Le Parc s’étend du nord de Bastia sa ville porte à l’est, jusqu’à la commune de Belgudè en Balagne à l’ouest, et poursuit trois objectifs : mieux connaître le milieu marin, le protéger et développer durablement les activités dépendantes de la mer. Pour atteindre ces objectifs, le Parc est gouverné par un conseil de gestion, véritable « parlement local de la mer ». Il réunit en son sein tous les acteurs locaux du milieu marin : élus, pêcheurs professionnels et de loisirs, scientifiques, associations environnementales et culturelles, représentants des activités socioprofessionnelles et services de l’Etat. En mer ou sur le littoral, une dizaine d’agents du Parc sont engagés dans des actions d’information et sensibilisent tous les publics à l’environnement marin. Ils réalisent des suivis des écosystèmes marins, participent à des actions de soutien au développement durable des activités, et élaborent un travail de valorisation du patrimoine culturel maritime. Plus d'informations sur aires-marines.fr/L-Agence/Organisation/Parcs-naturels-marins/Parc-naturel-marin-du-cap-Corse-et-de-l-Agriate

 

Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer

L'IFREMER en Corse assure les missions de surveillance de la qualité du milieu marin et des productions conchylicoles, dans le cadre des directives Européennes DCSMM et DCE. A ce titre, il coordonne également la surveillance nationale et européenne des déchets marins et des travaux de recherche associés. L'institut assure également des travaux de recherche sur les mécanismes d'eutrophisation en milieu lagunaire et côtier ainsi que sur l'impact des contaminants en milieu marin.  Dans le cadre du projet « La Planète Revisitée » en Corse, l'IFREMER contribuera aux support logistique (embarcation et plongeurs spécialisés) et scientifique (faune benthique associée aux fonds durs et étude des macro-déchets). Plus d'informations sur ifremer.fr

 
 

Office national des Forêts (ONF)

L’ONF, gestionnaire des forêts publiques relevant du régime forestier, a pour mission d’assurer une gestion durable et multifonctionnelle des forêts. A ce titre, la prise en compte de la biodiversité constitue un enjeu majeur, et notamment en Corse. La politique environnementale de l’ONF s’articule autour de cinq axes : la biodiversité (Natura 2000, trame de vieux bois, espèces protégées, …), l’eau, les sols, les paysages et l’éco-responsabilité. Sur l’île, l’ONF, en lien avec les propriétaires (collectivité de Corse et communes), s’investit dans la conservation du patrimoine naturel à travers des actions pour la sittelle de Corse, le mouflon, la truite, le gypaète, les habitats, … ». Plus d'informations sur www1.onf.fr/corse/@@index.html

 

Conservatoire du littoral

La préservation du littoral répond à 4 enjeux principaux : la conservation d’espaces dont la valeur patrimoniale engage notre responsabilité à l’égard des générations futures ; la préservation d’un capital naturel et historique fondamental pour l’attractivité de notre territoire; le bien-être social de tous par l’accueil équitable et partagé des populations; la protection des biens et des personnes contre les phénomènes climatiques extrêmes en permettant un espace tampon entre l’océan et les enjeux humains. Plus d'informations sur conservatoire-du-littoral.fr

 PNRC

Créé par décret en 1972, le Parc naturel régional de Corse – Parcu di Corsica fait partie des premiers Parcs naturels régionaux Français, territoires ruraux, habités et accessibles, reconnus au niveau national pour leur forte valeur patrimoniale et paysagère, mais aussi pour leur fragilité. Les Pnr sont issus d’une compétence partagée entre les régions qui en ont l’initiative et l’Etat qui les classe pour 15 ans par un décret signé du Premier ministre, sur proposition du Ministre en charge de l’environnement. Définies par l’article R333-4 du code de l’environnement, leurs missions concernent : la protection et la gestion du patrimoine naturel, culturel et paysager ; l’aménagement du territoire ; le développement économique et social ; l’accueil, l’éducation et l’information du public ; l’expérimentation. Celles-ci sont menées en fonction de la charte, projet concerté de développement durable du territoire. La nouvelle charte du Parc se fonde sur un périmètre à 178 communes, 12 EPCI soit près de 52% du territoire insulaire, et sur une stratégie d’intervention territorialisée articulée autour de trois orientations: Renforcer la protection et la gestion de la montagne Corse ; Contribuer au développement durable du milieu rural ; Préserver la biodiversité et le paysage littoral. Les actions d’un Parc naturel régional sont arrêtées par son organisme de gestion, « le syndicat mixte », qui regroupe l’ensemble des collectivités et partenaires ayant adopté sa charte (CdC, Etat, Communes, Intercommunalités).  Le Sm du PnrC rassemble les collectivités ayant approuvé la Charte : « les signataires ». Il est l’organe de concertation et de codécision entre toutes les collectivités concernées par le Parc. Il assure la mise en œuvre de la Charte, en associant les partenaires concernés. Il accompagne techniquement les signataires et les partenaires, en mobilisant son ingénierie interdisciplinaire composée de 135 agents de terrain disséminés sur toute la Corse et au service des territoires sur les thématiques de : La revitalisation de l'espace rural ; Le développement des activités de randonnée et des activités de nature ; Information et sensibilisation.

Plus d’informations sur www.pnr.corsica     FacebookParc naturel régional de corse      Twitter@PnrCorse

 

Académie de Corse
 

 Plus d'informations sur ac-corse.fr

 

 

 

AVEC L'APPUI DE

Communauté de Communes de l’Alta Rocca

Depuis plus de 10 ans, la Communauté de Communes de l’Alta Rocca (CCAR) s’est investie dans la préservation de son patrimoine naturel, notamment sur ces sites remarquables comme le plateau du Cuscionu puis le massif de Bavella dont elle porte la demande de classement en Réserve Naturelle de Corse. Dans la même logique, la CCAR souhaite considérer le patrimoine naturel de l’ensemble de son territoire. Ainsi, le programme de recherche du MNHN se présente comme l’opportunité de mieux connaître ce patrimoine et le soutien de la CCAR aux travers de la mise à disposition de son personnel pour réaliser les relevés apparaît comme une évidence. Plus d'informations sur alta-rocca.com

 

Institution de gestion sociale des armées La Marana (IGESA)

Plus d'informations sur igesa.fr

 

Centre d’Etudes Sous-Marine de Saint-Florent (CESM)

Le CESM est né en 1949 comme centre de plongée scientifique sous l'impulsion d'un des pionniers de la plongée autonome, le Dr Henri Chenevée. Moins médiatisé que Cousteau et son équipe,le CESM a cependant eu une riche carrière scientifique: Archéologie sous-marine sur la côte du Var puis dans les Bouches de Bonifacio en 1952 (Riche dotation au musée de Bastia) sous l'égide de Fernand Benoît et du Pr André Braemer, expéditions en Grèce et Tunisie à la recherche de cités antiques submergées et le premier relevé exhaustif de la faune marine  dans le Cap Corse (Alain Souquet et Roger Molinier). Même s'il a évolué vers la pratique de la plongée-loisir et de la voile en regroupant des sportifs issus du Centre des Glénans, le CESM n'oublie pas ses origines et coopère volontiers avec le Museum d'histoire Naturelle pour une expédition qui revisite les recherches du Professeur Molinier, un demi-siècle plus tard. Plus d'informations sur cesmsaintflorent.fr

 

Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Bastia (CPIE - U Marinu)

L’association U Marinu labellisée Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE Bastia) a pour principaux objectifs : la sensibilisation et l’éducation de tous à l’environnement et au développement durable, et l’accompagnement du territoire au service de politiques publiques. Depuis ses débuts, l’association s’est positionnée en tant qu’experte du domaine marin et côtier et s’est entouré de partenaires acteurs et chercheurs du monde maritime. Plus d'informations sur umarinu.com

Shom, service hydrographique national

Le Shom, service hydrographique national, est un établissement public sous tutelle du ministère des Armées. Sa mission est de décrire et prévoir l’océan, du large au littoral. L’expertise du Shom s’étend de l’acquisition de données en mer (levés hydrographiques, campagnes océanogra­phiques, réseaux d’observation) à leur interprétation pour répondre aux besoins des pouvoirs publics et, plus généralement, de tous les acteurs de la mer et du littoral. 

Plus d'informations sur shom.fr          Facebook  SHOM.fr         Twitter @shom_fr

 

 Recolnat

L’infrastructure e-ReColNat est l’outil qui permet de réunir virtuellement l’ensemble des acteurs capables, ensemble, de rendre disponibles et utiles les informations contenues dans les collections. Cela passe par la création d’une banque d’images et des outils collaboratifs pour l’exploiter. La mise à disposition des images permettra l’accès aux images à l’ensemble de la communauté des systématiciens, professionnels et amateurs. Plus d'informations sur recolnat.org/fr

 

 

Mairie d'Ota

La commune de Porto Ota est située au cœur de la grande région Ouest Corse. Célèbre pour sa nature si généreuse avec le golfe de Porto, les Calanche de Piana, la réserve de Scandola, le village de Girolata mais aussi un arrière-pays riche et authentique, cette région de l’ouest de l’île est l’une des plus visitée de Corse chaque année. La commune de Porto Ota est comme souvent en Corse répartie entre deux zones géographiques distinctes. L’intérieur des terres fut la première partie peuplée et développée, autour du village de Ota. Retiré du rivage pour se protéger, les habitants étaient des agriculteurs dont le labeur d’exploitation des champs se voit encore aujourd’hui tant il a façonné les vallées. On y retrouve des traces de culture de blé, d’élevage et de maraîchage sur les contreforts qui remontent vers le village d’Evisa en empruntant les célèbres Gorges de la Spélunca. Le paysage laisse aussi entrevoir les anciens chemins muletiers qui reliaient les différents villages de la vallée. Cette zone est aussi dominée par des hautes montagnes. La commune est installée sous le Capo d’Ortu, superbe pointe rocheuse culminant à 1294 m. Porto et la marine tire son nom de la rivière qui sépare la vallée : le Porto. Plus d'informations sur ota-porto.fr

 

BA126

La base aérienne 126 de Ventiseri-Solenzara a été créée en 1960 suite à une décision de l’OTAN. Sa position géographique la désigne naturellement comme point d’appui prioritaire pour les missions opérationnelles de défense dans le bassin méditerranéen. La BA126 est une base tournée vers l’accueil des campagnes de tir des escadrons de l’armée de l’Air et de l’Espace, mais également des exercices majeurs franco-français, interalliés et interarmées. Plateforme de stationnement de l’escadron d’hélicoptères 1/44, elle est pleinement impliquée dans les missions de secours à victimes et d’aide à la population.  Soucieuse de l’intégration de la base dans le milieu, le commandement local a multiplié les partenariats avec notamment le Conservatoire du littoral, le CNRS, le Conservatoire des espaces naturels de Corse et le Conservatoire botanique national de Corse. Cette démarche a permis de réaliser des audits très précis « faune flore » et ainsi définir des plans d’action visant à préserver les espèces les plus rares. Citons par exemple l’orchidée Serapias neglecta qui a fait l’objet d’une étude de translocation suivie par un chercheur du CNRS, l’installation de nids pour les hirondelles ou les techniques de tontes pour préserver certaines plantes à fort enjeu de conservation. Plus d'informations sur ba126.fr